blog shmadrid castellano   blog shmadrid english
Sport et activités

El Ruedo de la M-30, entre controverse et nécessité

Écrit par damien

Souvent, lorsque l’on voit un édifice, on ne comprend pas tout le processus qui se trouve derrière et l’on s’étonne qu’un architecte ait pu imaginer quelque chose de semblable. C’est le cas de l’édifice connu sous le nom d’El Ruedo, au bord de la M-30 et que tous ceux qui sont logés en location d’appartements à Madrid ont certainement vu lors de leurs déplacements à Madrid.

L’édifice El Ruedo, œuvre de Sáenz de Oíza, a été entouré de polémiques dès le début. Pour la majeure partie des spectateurs, sa vision depuis la M-30 est relativement semblable à celle d’une prison, compte tenu de son imposante masse de briques percée de petites fenêtres. Mais tout cela tient à sa raison d’être. A ShMadrid nous aimerions réfléchir sur cet édifice et son histoire.

Les habitations à El Ruedo sont des logements sociaux qui serviront à loger les derniers habitants des bidonvilles du quartier El Pozo del Tío Raimundo. Pour cela, le Conseil Municipal de Madrid convoqua un appel d’offres restreint, dans lequel il était obligatoire de remplir diverses conditions : nombre de logements, forme du bloc, hauteur, etc. Sáenz de Oíza gagna l’appel d’offre car il fut le seul à y parvenir. Par conséquent, la densité d’habitations, la forme et les hauteurs formaient déjà une partie des bases de l’appel d’offres. Oíza décida de jouer avec le concept intérieur-extérieur et de le pousser à l’extrême. Pour cela, il conçut une façade puissante, presque borgne, vers la M-30, pour isoler l’intérieur du niveau élevé de nuisance sonore de cette rue. Les fenêtres de cette façade correspondent à des pièces non habitables comme des salles de bains ou des buanderies, et de là tiennent leur taille.

Au contraire, l’intérieur est une explosion de couleur – qualifiée par certains comme kitsch – pour mettre encore plus en relief l’essence d’un bloc qui se visse sur lui-même et qui s’isole de son entourage. Le problème de cet isolement est que, étant donné que tous ses habitants étaient relogés depuis les bidonvilles du quartier El Pozo del Tío Raimundo, cette protection contre l’hostilité de l’extérieur a contribué aussi à ce que perdure sa nature de ghetto.

Les habitations, pourtant, ont été conçues avec soin. Certaines d’entre elles sont vraiment spacieuses et les duplex abondent. Les grandes fenêtres de la face interne du bâtiment inondent les habitations de lumière. A ShMadrid, nous connaissons l’importance de l’éclairage naturel et pour cela, il faut admettre que la conception des étages des habitations a été faite de façon judicieuse, au sein de la controverse qui entoure cet édifice.

Enfin, et sur ce sujet aussi, il y a des points de vue très différents, El Ruedo constitue aujourd’hui un jalon et une référence sur la M-30, impossible de passer inaperçu. Son volume puissant donne du caractère à un édifice de logements sociaux qui, autrement, aurait plus ressemblé aux habitations promues directement par la Mairie de Madrid.

Durant ton séjour en location d’appartements à Madrid, tu pourras décider quelle est ta position face à un édifice aussi massif que celui-ci, en plus de connaître un peu plus son histoire.

Notez cet article

À propos de l'auteur

damien

Amoureux des langues, de la gastronomie, de la connaissance, de startup et… de Madrid.

Laisser un commentaire